Le 36e festival international Jean Rouch, organisé par le Comité du film ethnographique, au Musée de l’homme, a lieu du 8 novembre au 3 décembre 2017. L’occasion de découvrir de beaux documentaires.

Le Festival convie passionnés, curieux et néophytes à sa riche et captivante programmation de projections et de débats. Composé d’une Compétition internationale dédiée aux réalisations actuelles, de Master classes pour partager et transmettre les pratiques filmiques documentaires, et de Séances spéciales, le festival consacre cette année ces dernières à l’oeuvre cinématographique et ethnographique de son fondateur, Jean Rouch. Chaque projection est suivie d’un débat pour explorer le geste documentaire sur le réel par la variété des situations filmées, la multitude des possibles de la restitution, la pluralité des points de vue cinématographiques et ethnologiques, le parcours des cinéastes, afin d’accroître le regard et la réflexion des spectateurs.

Cette année, des films d’anciens stagiaires des Ateliers Varan sont présentés dans la Compétition Internationale :

Virginie Véricourt, a monté le film « Marta et Karina, en discrète compagnie », de Philippe Crnogorac.

Marta et Karina vendent du sexe pour s’assurer un avenir meilleur. Dans leur chambre à coucher, les hommes défilent. Au fil des clients, des bonnes et des mauvaises rencontres, Marta et Karina racontent l’intimité de leurs choix, leur regard sur les hommes, la prostitution. Se dessinent alors des trajectoires de vie qui, loin des stéréotypes habituels, interrogent notre regard sur la sexualité commerciale.

Projeté le mardi 14 novembre à 17h30

 

Liivo Niglas a réalisé le film « Armastuse maa, La terre de l’amour »

Iouri Vella appelle « Terre de l’amour » une forêt de la toundra sibérienne où ses rennes s’accouplent à l’automne. C’est aussi un territoire de chasse pour les employés de la compagnie pétrolière Lukoil. Iouri lutte, depuis longtemps, pour les faire partir car le bruit des voitures et des tirs dérange les animaux. Que ce soit en écrivant des poèmes ou en filmant les intrus, Iouri défend le territoire nénètse avec passion et détermination.

Projeté le mercredi 15 novembre à 14h

 

Par ailleurs, le film de Thao Tran Phuong, Rêves d’ouvrières, est projeté dans le cadre d’une séance organisé entre le Festival Jean Rouch et la Maison des cultures du monde/Festival de l’imaginaire, le 2 décembre 2017 à 18h00, au Centre Mandapa. Le film sera suivi d’un spectacle Le Then des Tày, programmé dans le cadre du Festival de l’Imaginaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez le programme complet sur le site du 36e Festival international Jean Rouch par ici.