Sediqa Dowlat, documentariste afghane, ancienne stagiaire de l’atelier Varan à Kaboul, et vivant aujourd’hui en France, contribue au numéro spécial de Libération de ce mardi 7 mars « Le Libé des réfugiés : La France vue par ceux qui d’habitude n’ont pas la parole »
avec un bel article sur le paradoxe du culte et de l’utilisation de l’image par les talibans

« La conversion paradoxale des talibans au culte de l’image »

 

> Lire tout le numéro spécial ici

> Lire la présentation de chaque contributeur au Libé des réfugiés ici