JHARIA, UNE VIE EN ENFER de Jean Dubrel, ancien stagiaire Varan, co-réalisé avec Tiane Doan na Champassak avait reçu début avril au dernier FIGRA (Festival international du grand reportage d’actualité) le prix Olivier Quemener / Reporters sans Frontières.

Il a été projeté en avant-première dimanche 25 septembre au Musée de l’Homme dans l’auditorium Jean Rouch…

Et il sera diffusé sur France 5 le dimanche 30 octobre à 14h40.

mineurs_illegaux_2

On trouve à Jharia, ville minière du nord-est de l’Inde, l’un des plus riches gisements de charbon du pays. Depuis près d’un siècle, les mines, mal entretenues, sont ravagées par un feu incontrôlable et dévastateur. Se propageant de veine en veine, les flammes rongent le sous-sol, jaillissent de la terre, enveloppent la région dans d’épaisses fumées toxiques. Dans les villages voisins, les terrains s’affaissent, les murs se fissurent, les maisons s’effondrent. Pour les habitants, ce charbon qui était une richesse est devenu une malédiction. Face à la catastrophe et soucieux de viabiliser l’exploitation minière, le gouvernement a décidé d’entreprendre un vaste plan d’évacuation. Plus de 500 000 personnes sont concernées.

 

// Le réalisateur 

Jean Dubrel réalise en 2003 son premier documentaire, Sur la terre comme au ciel. Ce film, qui décrit la vie d’un lieu de prière dans un aéroport international, est sélectionné dans plusieurs festivals français et étrangers, et primé à Buenos Aires. L’année suivante, il entreprend avec Tiane Doan na Champassak la réalisation de son deuxième film, Natpwe, le festin des esprits, consacré aux rituels de possession en Birmanie. Le film est récompensé en 2012 par le Prix Scribe pour le Cinéma et sélectionné en 2013 au Festival International du Film de Toronto (TIFF), au New York Film Festival ainsi que dans de nombreux festivals européens. Il reçoit le prix du meilleur court-métrage documentaire au Festival International du Film Documentaire de Cebu, aux Philippines. Jharia, une vie en enfer est le deuxième film issu de leur collaboration. Il a reçu en 2016 le prix Olivier Quemener / RSF au FIGRA (Festival international du grand reportage d’actualité).

 

>> En savoir plus sur le film ici