Ce 18 août 2016, sort le nouveau livre de l’écrivain, critique et documentariste Jean-Louis Comolli, aussi membre et intervenant aux Ateliers Varan : « Daech, le cinéma et la mort »

Résumé :

Daech filme la mort de ceux qu’il torture. Filmer la mort ? Daech le fait en recourant de manière systématique aux effets visuels les plus spectaculaires, imités des films d’action hollywoodiens. Mieux encore : Daech dispose d’un studio de production et maîtrise parfaitement toutes les techniques numériques. Ses films, censurés ou non, sont diffusés en permanence sur la planète entière.

L’« ennemi de l’Occident » utilise les moyens et reprend les formes employés en Occident, et par là, il se tient au plus près de nous. Non seulement Daech achète et vend, exploite, spécule et asservit, mais, allant plus loin que nous, il réalise l’alliance macabre et contre nature du cinéma et de la mort. J’ai voulu comprendre cette extravagance propre à notre temps.

 

Publié aux Editions Verdier, 128 pages, 13,50 euros

Pour se procurer le livre, lire un extrait et la revue de presse : http://editions-verdier.fr/livre/daech-le-cinema-et-la-mort/