Jharia, une vie en enfer

de Tiane Doan Na Champassak et Jean Dubrel, formé aux Ateliers Varan en 2003, (Inde-France, 2014, 52 mn) est sélectionné en compétition internationale + de 40 min au Festival International du Grand Reportage d’Actualité et du Documentaire de Société (FIGRA) « Les écrans de la réalité », qui se déroulera au Touquet-Paris-Plage du 30 mars au 3 avril 2016.

Il avait également été sélectionné le mois dernier au Festival international des Cinémas d’Asie de Vesoul (3 au 10 février 2016).

Le film sera projeté le mercredi 30 mars à 17h15.

>> Plus d’infos sur le festival ici

jharia

On trouve à Jharia, ville minière du nord-est de l’Inde, l’un des plus riches gisements de charbon du pays. Depuis près d’un siècle, les mines, mal entretenues, sont ravagées par un feu incontrôlable et dévastateur. Se propageant de veine en veine, les flammes rongent le sous-sol, jaillissent de la terre, enveloppent la région dans d’épaisses fumées toxiques. Dans les villages voisins, les terrains s’affaissent, les murs se fissurent, les maisons s’effondrent. Pour les habitants, ce charbon qui était une richesse est devenu une malédiction. Face à la catastrophe et soucieux de viabiliser l’exploitation minière, le gouvernement a décidé d’entreprendre un vaste plan d’évacuation. Plus de 500 000 personnes sont concernées.


Ce film est un portrait : celui d’un lieu, où la cohabitation entre l’homme et son environnement est devenue problématique. Un lieu dans lequel les hommes et les femmes sont les jouets de forces qui les dépassent : celles de la nature, celles des hommes qui l’exploitent. Un lieu emblématique des enjeux du XXIe siècle, menacé par des désastres écologiques et humains à grande échelle, causés par les bouleversements économiques qui font de l’ Inde un des acteurs majeurs du monde de demain. Il se propose de raconter la vie de ceux qui en sont à la fois les témoins, les acteurs et les victimes.

AFFICHE_JHARIA_web