Boissard 3

Les 11 films produits lors de l’atelier de réalisation en Guadeloupe sont l’aboutissement d’un long chemin, un parcours de 12 semaines d’une formation intense au long duquel chacun s’est confronté à la réalisation documentaire. Pour Varan Caraïbe et les Ateliers Varan, grâce au partenariat avec Guadeloupe Formation et le soutien de la Région et de la DAC Guadeloupe, c’est aussi l’accomplissement d’une ambition : former en Guadeloupe des cinéastes documentaristes.

 

11 parcours, 11 regards inédits sur la Guadeloupe, 11 voyages intérieurs à la découverte de l’île et de soi-même… Ces traversées offrent une belle diversité d’itinéraires : au fil de l’eau et des routes, au cœur des villes et des cases, au bonheur des rencontres, au sein des familles, dans les méandres de l’autobiographie ou au cœur des mutations sociales … Trajets de vie, territoires explorés, destins croisés, les films nous invitent au voyage à la rencontre de l’autre, en mettant nos pas dans les siens.

 

AFF-P3La remise des diplômes s’est faite en présence de la presse guadeloupéenne, très enthousiaste face au projet. Et le public a été nombreux à la projection au Memorial ACTe, Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la Traite et de l’Esclavage, à Pointe-à-Pitre.

Les films ont été accueillis avec émotion et enthousiasme, comme en témoigne l’un des spectateurs présents :

« Ces anonymes, cet archipel de solitudes qui se raconte à l’aube dans ses multiples rapports avec la mer, ces vies qui s’interrogent à travers des tout et des riens, mais sur l’essentiel, m’ont donné à revoir mon peuple. Celui qui résonne au fond de nous. Même en le voyant tous les jours, on le perd trop souvent de vue, dans la routine de la vie quotidienne. (…) Il faut encore beaucoup de regards de réalisateurs, beaucoup de créations de ce type pour nourrir l’imaginaire guadeloupéen. Beaucoup, beaucoup. Lorsque, chaque heure de chaque jour la télévision nous expatrie toujours plus, au point  de ne plus vouloir nous voir nous-mêmes en peinture, les Ateliers Varan font œuvre de salut public. »

 

>> Article de presse – Journal France-Antilles ici

 

 

Les 11 films réalisés sur le thème TRAVERSÉES :

BLACK KISS de Mariette Monpierre (30’) 

Bruno, jeune marin pêcheur de 30 ans, se bat pour continuer de vivre sa passion en Guadeloupe, malgré les sargasses, le chlordécone, les doutes de son épouse et la seule perspective que l’état semble lui offrir : la reconversion. « … Je suis une race en voie de disparition, comme n’importe quelle tortue ou iguane. Dans un zoo, la pancarte dira : « C’ETAIT UN PECHEUR »  … »

 

 

LA MONTÉE DES EAUX de Guy Gabon (15’)

L’île aux belles eaux où je suis née sert de décor à mon exploration du lien organique, intime et émotionnel qui nous relie à l’eau tout au long de la vie.

Cette eau qui est mon refuge et ma source, pourra t’elle apaiser ma douleur de ne pas être mère, combler l’absence indicible, remplir le creux ?

 

 

MA VIE SI ROSE de Cédrick Mbenze ( 13’) 

C’est l’histoire de Cédrick, son père s’est noyé quand il avait deux ans ; c’est à ce père disparu que s’adresse ce récit, revisitant les lieux, retraçant le parcours, les étapes d’une vie qu’il n’a pas connue, celle de son fils de 24 ans.

 

 

W OU LE PASSAGE de Philippe Virapin (31’30) 

Wilten, jeune homme tout juste sorti de l’adolescence, quitte pour la première fois son cocon familial pour se rendre la semaine à l’internat du BTS audiovisuel où il partage une nouvelle vie en communauté avec ses règles. A l’âge des transitions, Wilten prend la voie de l’indépendance et de l’accomplissement de ses ambitions …

 

 

ITINÉRAIRES de Emmanuel Jomie (20’) 

C’est l’histoire d’un jeune homme qui marche et qui fait sur sa route des rencontres. C’est l’histoire des gens qu’il croise, dont il emboîte le pas un moment, qu’il quitte et retrouve : les histoires en chemin d’une île traversée, arpentée, racontée, filmée …

 

 

RUE VATABLE de Melissa Issorat (30’) 

Dès 5h du matin, Jean-Louis émerge des ténèbres du tunnel de la rue Vatable, son balai à la main. Joseph, lui sillonne toute la journée la rue en homme providentiel. Madame Egerton vient une fois par semaine ouvrir la lourde porte de la chapelle du bon secours. Dans le salon de coiffure de M Gauthierot, se succèdent les sages, les prophètes et les sceptiques du quartier pour une conversation qui n’a pas de fin. Les destins se croisent dans cette rue de Pointe-à-Pitre, comme hors du temps.

 

 

KAZ À L’ÂME de Carine Irénée (26’) 

Le Pointe-à-Pitre historique est fait de cases et de maisons traditionnelles autour desquelles des relations villageoises s’organisaient. Ce patrimoine disparaît au fil des rénovations urbaines et de la désertification de la ville. Ces maisons sont souvent délaissées, abandonnées. Certaines sont victimes d’incendie. Nombre de Pointois continuent à habiter ces maisons que des bénévoles, entrés en résistance, repeignent gratuitement. Quel sera le nouveau Pointe-à-Pitre ?

 

 

BOISSARD RENAISSANCE de Jean Claude Resdedant (21’)

Boissard, quartier de la ville des Abymes et l’un des plus grands ghettos de France est en plein RHI (résorption de l’habitat insalubre). Témoins de cette transformation brutale, Starky et Steeve, habitant toujours ce qu’il reste du ghetto face au chantier qui avance, sont les jeunes gardiens de la mémoire vivante du quartier et de cette frontière qu’ils ne veulent plus voir avancer. Au-delà du changement de décor, qu’est ce qui a vraiment changé dans la vie des habitants de Boissard ?

 

 

PARTIR OU PAS de Axel Michineau (18’) 

Axel et Périne, sont frère et sœur et résident tous les deux en Guadeloupe, mais Axel est rentré récemment après 5 ans de vie parisienne alors que Périne envisage de « monter » prochainement en France pour les nécessités de sa carrière. Faut-il vraiment partir ou peut-on se construire un avenir sur place en Guadeloupe ? Dans la famille, la question fait débat…

 

 

SUR LE MÊME SABLE de Morgane Jean-François (24’) 

La vie sur la plage de la Datcha ne s’arrête jamais, il n’y fait jamais réellement nuit et toute la ville s’y succède, la fait sienne. Sur le même sable, usagers et amoureux de la plage se retrouvent ou s’isolent pour y exercer leurs corps, y vider leur esprit, s’emplir d’horizon en un ballet perpétuel et changeant.

 

 

AMOUR BÉNI de Kra Kouassi (21’ 30) 

Chez les Désirée, Benjy est père au foyer par conviction. Ses choix idéologiques et religieux rythment le quotidien familial …