Dans sa salle de cinéma, le musée du quai Branly accueille chaque trimestre des projections des Ateliers Varan. Elles permettent au public de découvrir les films documentaires réalisés dans le cadre des ateliers à l’étranger. Dans la lignée du cinéma direct de Rouch, Leacock, Perrault et Wiseman, les Ateliers Varan forment de jeunes cinéastes de terrain : ils leur apprennent à filmer les réalités quotidiennes et à exprimer en images ce qui fait une identité culturelle.

Atelier Vietnam 2011
Vendredi 24 février 2012 à 18h30 – Salle de cinéma du musée du quai Branly

Les Ateliers Varan Vietnam ont été créés en 2004 en partenariat avec le Studio du cinéma documentaire et scientifique de Hanoï. Des stages ont eu lieu à Hanoï et Saïgon et, depuis 2010, à Da Nang. Le deuxième stage organisé à Da Nang en 2011 a accueilli six jeunes journalistes de la télévision publique et de la presse écrite. Pour donner une cohérence au travail de l’atelier, le groupe a décidé de travailler autour d’un thème commun : le 17ème parallèle, qui était la ligne de démarcation entre nord et sud pendant la guerre, et sur lequel Da Nang est située. C’est la première fois qu’un atelier se confronte à l’histoire du passé. Auparavant, dans les différents ateliers organisés depuis 2004, les cinéastes avaient surtout filmé les préoccupations et réalités sociales contemporaines à travers des personnages de leur génération. Les cinéastes de Da Nang sont tous nés après la guerre. Ils ont hérité cette histoire qui a fortement conditionné la vie de la société vietnamienne. Ils sont allés à la rencontre des survivants, ont filmé ces héros ordinaires et résistants, enregistré leur mémoire et souvenirs du quotidien en temps de guerre.
Les projections seront présentées et suivies d’un débat animé par Christine Seghezzi, réalisatrice, en présence de Duong Mong Thu, réalisatrice, de Hoang Tung, réalisateur, et d’André Van In, coordinateur de l’atelier.

__________________________
« LA NATTE DE MADAME BUA » de DUONG MONG Thu
34’, 2011
Mme Bua souffre d’épilepsie depuis qu’elle a été torturée pendant la guerre. Quand elle sent venir une crise, elle déroule sa natte devant sa maison et s’allonge dessus. Les voisins prennent alors soin d’elle. Le soir, ils se réunissent tous pour boire le thé, chanter des chants de lutte et raconter des histoires qui appartiennent aujourd’hui à la mémoire collective. La guerre reste présente au cœur de la vie quotidienne de cette petite communauté villageoise.


__________________________

LE MUSEE DE TIEN de HOANG Tung
29’, 2011
Tien est historien et travaille pour le Musée de la guerre de Da Nang. Il mène des recherches dans la région auprès des survivants, paysans, résistants, et rassemble les histoires, photos, archives, objets qui témoignent de leur vie quotidienne pendant cette période. Tien, né après la guerre, découvre la réalité de cette page d’histoire. Son travail, manifeste contre la guerre et plaidoyer pour la paix, contribue à préserver la mémoire.


__________________________

« LA CLINIQUE DU DOCTEUR THI » de NGUYEN MINH Ky
34’, 2011
Les villageois aiment venir voir le Docteur Thi parce qu’ils ont confiance en lui. La plupart de ses patients ont au-delà de 70 ans. La guerre est désormais lointaine mais les séquelles sont toujours présentes. « Parler aide à soulager la douleur », dit le Docteur Thi. La caméra ne quitte jamais l’espace de la clinique et filme les patients comme des personnages d’un théâtre antique.

__________________________

Séance de projection en accès libre, dans la limite des places disponibles
Salle de cinéma du musée du quai Branly
37, quai Branly
75007 Paris
Tél. : 01 56 61 70 00